recherche
Accueil Accessibilité Charte d'utilisation
-> Vous êtes à : Accueil > Rubrique Environnement > article
  Article précédent Article suivant  Accédez à l'article suivant

[Environnement] Un peu d'histoire… Le Beausset au Moyen Age (4)

Imprimer cet article

L'exode vers la plaine et la symbolique « Saumeto »

31.12.2010

Attention : Cet article est mis en archives et n'est plus d'actualité !


L'emblématique « Saumeto » trônait dans la galerie des ex-voto avant sa disparition, victime d'un cambriolage survenu dans la nuit du 1er au 2 mai 2006.

L'emblématique « Saumeto » trônait dans la galerie des ex-voto avant sa disparition,
victime d'un cambriolage survenu dans la nuit du 1er au 2 mai 2006.
Pendant la longue période médiévale, en dépit de sa situation réputée inexpugnable, le hameau fortifié n'a pas échappé aux attaques… En 1358 par exemple, lors des « guerres baussengues » (appellation qui vient du fait que Le Beausset avait appartenu aux princes des Baux), les routiers du condottière Arnaud de Cervole, dit l'Archiprêtre, au service des frères Raymond et Antoine des Baux, l'ont complètement pillé. Basés au Castellet les mercenaires n'ont guère eu de chemin à parcourir. L'histoire ne dit pas comment ils se sont introduits dans la place, ni combien de personnes ont été victimes de leur assaut. Plus tard, considérant que les risques de troubles se faisaient plus rares, les villageois ont demandé à quitter leur « montagne fort difficile » (sic) pour s'installer à demeure aux Cabanes, le Locus Novus (lieu nouveau) comme on disait aussi. Ils s'estimaient trop éloignés des grands chemins permettant le négoce et surtout des sources et des terres fertiles. Leur souhait fut exaucé le 19 mars 1506 par leur seigneur évêque, monseigneur Du Four. Ils furent même autorisés à emporter la grosse cloche de la chapelle pour l'installer aux côtés de celle devant être placée dans la future grande église des Cabanes. Cette dernière, probablement l'une des plus anciennes du pays, était millésimée 1034. Précisons encore, pour être complet, que l'abandon du Beausset vieux par ses habitants ne s'est opéré que très graduellement, sur une longue période. Jusqu'à son vol dans la nuit du 1er au 2 mai 2006 avec d'autres pièces du patrimoine dont de nombreux ex-voto, un groupe en bois d'olivier baptisé « La Saumeto » (petite ânesse en provençal) trônait en place d'honneur dans la galerie jouxtant la basilique. Inspiré de la Fuite en Egypte, il représentait Joseph en chapon melon conduisant Marie et l'Enfant Jésus portés par une ânesse. Réalisée par un sculpteur anonyme cette oeuvre polychrome symbolisait l'exode des beaussétans vers la plaine. Le chapeau melon, qui peut laisser perplexe, constituait l'apanage social des ouvriers endimanchés d'autrefois. Il était normal, par conséquent, qu'il couvrît le chef de « l'Ouvrier » Joseph (il était aussi la coiffure de prédilection des juifs).

Extrait de l'ouvrage « Le Beausset au fil du temps » de Jacky Laurent publié aux éditions Alan Sutton.

-> Courrier des lecteurs :



Commentaire posté par Loulou le 05/01/2011 à 10h49
> Un peu d'histoire sur notre village fait du bien, merci à Jacky Laurent avec ses beaux livres - à quand un prochain ???


[Ajouter un commentaire sur cet article]


Pour revenir à la page precedente :

Pour revenir à l'accueil :



© Mairie du Beausset - Place Jean Jaurès - 83330 Le Beausset • Mentions légales     Ce site a été crée par Posidonie